Si la nature offre une profusion de verts, aucune plante ne permet de teindre de façon satisfaisante et durable une étoffe de cette couleur. Pour obtenir du vert avec des pigments naturels, il est plus simple d'aditionner du jaune et du bleu ou du bleu et du jaune. A ma connaissance, il n’y a que deux pigments verts naturels - tous les deux d’origine minérale - qui permettent d’obtenir cette couleur et qui ont été utilisés dès l'antiquité.

Les terres vertes

Ce sont des roches qui doivent leur couleur au fait qu’elles contiennentt une grande proportion d’argiles vertes. Avec les terres vertes , on n’obtient des verts très doux. Elles sont utilisées pures ou mélangées entre elles ou à d’autres pigments.

Les artistes romains travaillaient beaucoup avec ses terres vertes et les couleurs de ces fresque découvertes dans de nombreuse villas (celle-ci ornait la villa de Livie, à Rome) ont très bien résisté aux ans.

La malachite 

C'est une pierre (un carbonate basique de cuivre naturel) d’un beau vert vif qui se présente sous forme de concrétions aux formes rondes.

Dans son tableau (les Epoux Arnolfini, peinture sur bois datée de 1434, 82x60 cm, Van Eyckt a utilisé de la malachite. Ce drapé est obtenu grâce à des successions de glacis de densités différentes.

C'est un pigment onéreux et en occident, elle a été remplacée par le vert de chrome …Par contre, en Chine, elle est utlisée depuis la plus haute antiquité dans la peinture de paysage et la fabrication des encres vertes, et reste toujours autant appréciée par les peintres.

 

Contact

Pour me contacter 

c'est ICI 

Atelier Couleurs du 7 au 10 octobre 2015

La Molière, Luberon
La Molière, Luberon

Pour visiter mon blog, Vivelescouleurs, dédié en grande partie à la symbolique de la couleur à travers la poésie, c'est ICI

Portrait tourné à l'Opéra. Cliquez sur la photo
Portrait tourné à l'Opéra. Cliquez sur la photo