On dit que les jardins sont morts, de Stefan George

Mercedes Lagunas
Mercedes Lagunas

On dit que les jardins sont morts ; viens et regarde
Le reflet de ces bords lointains et souriants ;
Et des nuages purs l'azur inespéré
Éclaire les étangs et les couleurs des sentes.

Prends ce jaune profond, le moelleux de ces gris
Parmi les buis et les bouleaux ; la brise est tiède ;
Tardives ne sont point encore flétries les roses,
Choisis-les, baise-les et tresse la couronne.

Songe à n'oublier point les derniers des asters
Ni la pourpre enroulée à la vigne sauvage
Prends ce qui reste encor de vivante verdure
Fonds-le d'un doigt léger dans l'image automnale.


Das Jahr der Seele (L'Année de l'âme), 1897, 
in Stefan George, Choix de poèmes, Première période : 1890-1900, Traduit, préfacé et commenté par Maurice Boucher, Aubier, éditions Montaigne, Paris 1941. Page 165. 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Treena Barrio (mercredi, 01 février 2017 18:57)


    Wow! This blog looks just like my old one! It's on a totally different subject but it has pretty much the same page layout and design. Great choice of colors!

Contact

Pour me contacter 

c'est ICI 

Atelier Couleurs du 7 au 10 octobre 2015

La Molière, Luberon
La Molière, Luberon

Pour visiter mon blog, Vivelescouleurs, dédié en grande partie à la symbolique de la couleur à travers la poésie, c'est ICI

Portrait tourné à l'Opéra. Cliquez sur la photo
Portrait tourné à l'Opéra. Cliquez sur la photo